samedi 13 août 2011

Mandelbrot les SI et la Commission Européenne

Cette période que nous vivons est révélatrice du talent des hommes à gérer leurs crises. Un talent génial par son cheminement, médiocre par son résultat. C'est ainsi depuis Neandertal.
Ce talent est celui des meilleurs d'entre nous, que nous avons désigné pour créer des solutions à nos problèmes et en assurer l'application. Leur talent s'est pleinement exprimé à construire par imbrication, juxtaposition, concaténation, fusion... un amalgame de lois, de normes, de règles, de procédures, regroupées en institutions, organisations, associations d'une complexité telle, qu'il n'est pas possible aux autres humains d'en comprendre les rouages, ni même d'en critiquer les résultats.
Un travail d'orfèvres auquel se sont attelés des générations de nantis des plus talentueux d'entre nous, capables de schémas cognitifs qu'ils sont les seuls élus, parmi les élus à pouvoir en décrypter le cheminement. Chaque voie aboutissant à une chambre à plusieurs issues, chacune débouchant sur un dédale de couloirs se terminant par des alcôves révélant d'autres ouvertures, puis des labyrinthes, puis des anti-chambres, puis des trappes, des escaliers, c'est sombre, une lumière au bout, c'est peut-être la sortie, non, une autre chambre éclairée et parsemée de hiéroglyphes, donnant sur de multiples issues identiques vers d'autres couloirs sans fin, au bout de l'un d'eux une voie audible, nous la suivons, un personnage habillé d'un costume étrange imprimé de symboles abstraits, débitant un discours tout en métaphores, complexe, intelligent, mais notre problème est simple : sortir ! Nous passons notre chemin, la voix s'éteint au loin et devant nous un abîme de labyrinthes ... Des années de génie administratif, politique, économique, grassement nourri par des contingents de serviteurs dévoués et consentants.
Souvent, lors de mes pérégrinations professionnelles, lorsque je suis confronté à la complexité absconse et procédurale d'une entreprise, maintenue par les dogmatiques gardiens du temple SI, je pense à la commission européenne, à l'ONU ou au FMI, ces regroupements de talents pensant et façonnant la complexité comme personne d'autre. Je trouve que ces constructions relèvent d'un même modèle, comme si une seule fonction mathématique donnait des résultats structurellement identiques, suivant un ou plusieurs facteurs de dimension : Un SI, l'ONU, le FMI, l'AFSSAPS … Avec une infinité de ramification dès qu'on y regarderait de plus près.
Benoît Mandelbrot, en étudiant les objets à complexité récursive a révélé au monde les fractales, des constructions mathématiques s'étendant à l'infini, des objets qu'il désigne d' « auto-similaires ».








Je suis convaincu que les esprits de ces talentueux constructeurs de labyrinthes ainsi que leurs œuvres alambiquées, découlent de la même formule pour aboutir aux mêmes résultats: un dédale infini, notre perte!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire