jeudi 5 mars 2009

Solow VS Moore: entre paradox et conjecture

J'ai assisté récemment à un excellent séminaire autour d'ITIL et la gouvernance informatique, présenté par Romain Hennion de Thyses. Dans ce séminaire, qui se voulait un état de l'art, un débat a émergé en aparté de la présentation et a donné lieu à un échange que j'ai trouvé très riche d'enseignements.
Le sujet polémique portait sur la capacité réelle de l'informatique à dégager de la valeur. Selon Robert Solow, « L'ère de l'informatique est visible partout sauf dans les statitiques de productivité ». Selon Gordon Moore, le coût d'une puissance de calcul diminue chaque année et durant la même période, la puissance de calcul double pour le même prix.
Donc, d'une part, une puissance technologique en augmentation constante pour un prix de moins en mois élevé et d'autre part, le constat sévère que la productivité n'y est pas nécessairement liée.
La course au plus puissant et au plus complet aboutit souvent à la multiplication d'imperfections, qui finissent par éclipser l'effort de sophistication qui a été fourni en amont et donc, à moyen terme, cela fini par jeter le discrédit sur le produit, sur l'éditeur ou sur la technologie elle même.
Cela a été observé dans de nombreux projets informatiques voulant atteindre la perfection dès la première version. Il s'ensuit alors le sacrifice de la qualité sur l'autel des délais. Souvent, au tout début, lors de la phase de prospection, les utilisateurs n'en demandent pas autant. Ils acceptent, cependant les propositions alléchantes de l'éditeur qui leur propose beaucoup plus que la concurrence pour le même prix sur le principe de la loi de Moore. Il obtiennent un produit qui, finalement, doit souvent évoluer pour être corrigé ou optimisé provoquant retards et déceptions. Les utilisateurs ont alors des doutes sur la réelle valeur ajoutée du produit. Au mieux pour eux, ils factureront les pénalités de retard à l'outsourceur et au pire, ils seront obligés de reconsidérer leur stratégie en retard sur le calendrier. Tout cela est peu productif et rejoint le fameux paradox de Solow.
Un article de The Economist loue le retour au « POGE », le principe du "good enough" que l'on pourrait traduire par le "juste assez". Il s'agit d'un principe pragmatique tenant compte de la complexité des systèmes et de notre incapacité à prévoir tous les états-transitions possibles dans un système connexe. La stratégie consiste à réduire les ambitions fonctionnelles pour gagner en efficacité. L'exemple le plus frappant est le succès des NetBooks, ces ordinateurs portables sous-équipés mais remplissant parfaitement leur rôle: surfer sur Internet. Le succès a été immédiat.
Dans un monde qui se relève d'un cycle d'hyper-activité, il nous revient de discréditer le paradox et de réduire la conjecture.
Louable résolution, sommes nous tentés de dire...jusqu'à ce qu'une annonce d'Intel analysée sur le blog de Gilles Fontaine, nous apprend que le géant des circuits imprimés est en train de préparer une puce capable de doubler la puissance d'un processeur, pour le même coût avec une consommation d'énergie moindre. Ainsi, un datacenter de 200 serveurs, pourra être remplacé d'ici deux ans par un seul serveur.
Finalement, il faut se faire une raison: le moteur de la technologie est...la déraison!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire